Le monde merveilleux de l’édition

Coup de gueule

Dimanche. Dehors, un oiseau chante un chant un peu étrange et une cloche n’arrête pas de tinter et ça me saoule un peu. Je ne suis pas chrétien et je préfère la religion de la nature à celle des hommes, elle fait moins de dégâts.

Pour continuer dans la série des connasses et des connards. En l’occurrence, il y a davantage de connards que de connasses, en voici une belle brochette avec, par ordre d’apparition ou pas, Bernard Pivot, le connard en chef, ce fils de pute de Gabriel Matzneff et un autre fils de pute, j’ai nommé Philippe Sollers qui a toujours eu tendance à se la péter un peu, on se demande bien pourquoi. Inutile de dire que ces tristes sires et ceux qui les accompagnent finiront dans la poubelle de l’histoire.

D’ailleurs ne pourrait-on pas les traîner devant un tribunal pour avoir fait l’apologie de la pédophilie.

Il est vrai que l’édition est un milieu pourri, c’est la première chose que ma chef de service m’a dit quand je suis entré chez Gallimard. Gallimard qui, en son temps, à publier… Gabriel Matzneff. En même temps, faut les comprendre. Les éditeurs reçoivent tellement de manuscrits, qu’ils n’ont pas le temps de les lire. Et puis chacun son boulot. Les éditeurs publient des livres et les acheteurs les lisent et non l’inverse, faudrait voir à pas tout mélanger non plus. Evidemment, Gallimard a un peu regretter d’avoir publié les saloperies de cet enfoiré… ce criminel… de Gabriel Matzneff et il a promis qu’il ne recommencerait plus. Croix de bois, croix de fer. C’est bien la preuve, en tout cas, que les éditeurs ne lisent jamais les livres qu’ils publient.

Voici donc, pour votre plus grand plaisir, j’en suis sûr, une belle brochette de connards, et de connasses qui, à défaut d’aller brûler en enfer, finiront comme des merdes. C’est en tout cas tout le bien que je leur souhaite.

C’est à vomir, non ? Heureusement qu’une femme est là pour réagir, Denise Bombardier. Merci et bravo, Madame.

Vous le savez sûrement, mais je précise, à toutes fins utiles, qu’à l’époque où ces images ont été diffusées, la pédophilie était punie par la loi… Eh oui !

The Cranberries – Zombie

Musique

Voici une chanson que j’ai redécouverte par hasard en écoutant la radio. On y parlait de la mort accidentelle de Dolores O’Riordan, chanteuse du groupe The Cranberries. Dans cette chanson, il est question de l’Irlande et de l’IRA. De la guerre et de la mort.

The Cranberries – Zombie (Album No Need to Argue 1994) « Beneath the Skin ». Dolores O’Riordan : Vocals, Guitar – Noel Hogan : Guitar – Mike Hogan : Bass Guitar – Fergal Lawler : Drums.

Zombie
Auteure : Dolores O’Riordan

Another head hangs lowly
Child is slowly taken
And the violence caused such silence
Who are we mistaken

But you see it’s not me,
It’s not my family
In your head, in your head
They are fighting
With their tanks, and their bombs
And their bombs, and their guns
In your head,
In your head they are cryin’

In your head, in your head
Zombie…
What’s in your head, in your head
Zombie…

Another mother’s breakin’
Heart is taking over
When the violence causes silence
We must be mistaken

It’s the same old theme since 1916
In your head,
In your head they’re still fightin’
With their tanks, and their bombs
And their bombs, and their guns
In your head,
In your head they are dyin’

In your head, in your head
Zombie…
What’s in your head, in your head
Zombie…

Dolores O’Riordan