Parfois

Blog, Erotisme

Voilà qui est étrange. Alors que j’avais envie, aujourd’hui même, de mettre en ligne cette vidéo (ce gif vidéo en fait) je tombe sur le post de Marianne… Non, sur un post d’Ophélie destiné à être mis en ligne sur son blog et mis en ligne sur le blog de Marianne par Marianne. Et dans ce post, la première image est celle de cette même fille avec de très gros seins. Elle est, sur cette image, avec une autre fille qui a, elle aussi, de très gros seins. On ne les voit pas, mais on les devine. Vous pouvez cliquer sur l’image pour accéder au post de Marianne ou voir mon post précédent.

J’ai laissé, sur ce post, un commentaire que vous pourrez lire lorsqu’il aura été approuvé, ce qui n’est pas encore le cas au moment où j’écris ces lignes. J’écris, entre autres choses, que les très gros seins me font fantasmer et que je n’aime pas le terme monstrueux car je pense qu’il n’y a rien de monstrueux, dans notre réalité en tout cas. J’entends pas là qu’il n’y a pas de choses ou d’êtres qui soient monstrueux. Certains êtres font, ou ont pu faire, des choses monstrueuses mais ils ne sont pas monstrueux. En clair, les monstres n’existent pas. Et qualifier quelqu’un de monstre est une façon commode de dire qu’il n’est pas comme nous, qu’il n’est pas humain. Qu’il n’est pas dans l’ordre des choses que la nature humaine puisse faire ces choses. En faisant ça, nous tentons de nous dédouaner, de nous déculpabiliser.

2 réflexions sur “Parfois

  1. Allant de blog en blog, Alexandre, je connais l’histoire qui t’a amené à écrire ce post.
    Et je sais que tu seras d’accord avec moi.
    Marianne a été, tout simplement, maladroite en son terme pour qualifier une telle poitrine.
    Elle voulait certainement dire une poitrine impressionnante.
    Et que ce n’était pas les critères qu’elle mettait en valeur pour apprécier la beauté mammaire.
    Ophélie, non plus, je pense, et Marianne s’en est étonnée.
    Maintenant, chacun a le droit d’avoir des préférences.
    Je dis ça en toute amitié virtuelle, Alexandre.
    Bon dimanche.

    1. En écrivant ça, mon but n’était pas de blesser qui que ce soit. Ce n’était pas une remarque particulière destinée à Marianne, juste un point de vue concernant ce mot, le plus souvent mal utilisé, y compris par moi, d’ailleurs. Donc, cette remarque m’était aussi destinée. Bon dimanche à toi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.